Cycle MBSR : La méditation de pleine conscience

Cycle méditation de pleine conscience

Une invitation au voyage

Pour retrouver un îlot d’être dans un océan de faire et vivre pleinement ce que nous rencontrons, quelques soient les circonstances ou difficultés.
La méditation est à la mode, les livres fleurissent et le sujet est de plus en plus médiatisé. Malgré tout, la question qui revient le plus souvent est : «Comment je  fais concrètement? Je m’assois et j’évite de penser?»

Méditer ?

Plus qu’une tendance à chercher dans une autre culture les repères théoriques et les réponses à notre quête de sens, méditer est un acte fort pour simplement reprendre contact soi et passer au travers des couches qui recouvrent ce que nous sommes et que nous avons oublié.

Parfois la méditation est associée à une expérience mystique ou religieuse. Il n’en est rien. L’observation de la façon dont fonctionne notre esprit afin d’éviter que nos pensées ne prennent le dessus, est un véritable entraînement cérébral et les neuroscientifiques s’intéressent de près à la méditation pour son impact sur le fonctionnement du cerveau. La méditation est tout sauf passive : focaliser son attention et rester véritablement calme et non réactif demande une bonne dose d’effort et d’énergie et cela s’apprend par des exercices spécifiques.

(Pour une sélection de faits et de recherches scientifiques sur la méditation, suivre ce lien)

Le cycle MBSR : 8 soirées et 1 journée

Au départ, il y a un intérêt à travailler d’une façon formelle. Quand on a appris les choses d’une façon structurée et approfondie dans un cadre donné, il est plus simple d’y revenir par la suite. Un petit peu comme d’apprendre à conduire une voiture. Au début, ce n’est pas facile, mais une fois que nous connaissons, même si nous abandonnons notre voiture quelques mois, on reprend le volant très facilement.

Le cycle MBSR repose sur les outils développés par Jon Kabat-Zinn à l’hôpital universitaire du Massachusetts les 30 dernières années. Ce format de 8 soirées et 1 journée est basé sur leur expérience, ils ont essayés plus court, plus long et cette forme est pédagogiquement la plus adaptée.

Ce qui m’intéresse dans ce cycle, par rapport à d’autres formes de médiation, est d’une part sa dimension laïque. D’autre part, il est très complet et prend non seulement en compte la dimension corps/esprit mais aussi la dimension relationnelle. Etre en lien avec soi, être en lien avec l’autre.
Il y a des médiations assises formelles guidées, des mouvements pour développer la conscience corporelle et préparer le corps à l’assise, des temps d’échanges et des exercices de communication en pleine conscience à deux ou en groupe.

Les soirées hebdomadaires sont des explorations profondes avec la motivation et l’énergie que le groupe apporte.
Chaque semaine un travail d’exploration personnel d’intersession est proposé. Pour vous accompagner, un livret contenant des textes et exercices est donné, ainsi que des guidances verbales sur MP3 pour refaire les méditations chez soi.
Les soirées hebdomadaires et le suivi aident à ancrer une pratique régulière et donne une impulsion forte pour permettre à la pleine conscience de se déployer dans tous les champs de sa vie.

La médiation de pleine conscience prend sa source dans le bouddhisme comme philosophie ou art de vivre plutôt que croyance religieuse. (En savoir plus sur les origines de la pleine conscience, suivre le lien.)

Prochaines dates, suivre le lien.

Presse

Article du Journal La Croix, Un monde nouveau.

Article du journal LE MONDE – Sciences et Médecine – La méditation peut aider à sortir du burn-out

« Un voyage de 1000 pas
commence par un petit pas »

Lao Tseu