Vous avez dit pleine-conscience ?

MINDFULNESS AND WORK Origines

On entend beaucoup parler de pleine conscience ou de mindfulness.
Ce terme fut inventé au XVIIIe siècle pour traduire le mot sati qui signifie en pali : conscience, attention, mémoire. Il se retrouve dans toutes les lignées bouddhistes.
Plusieurs maîtres occidentaux formés auprès de ces lignées, l’ont adapté au contexte occidental tout en conservant l’essence.

Pourquoi la pleine conscience est-elle tellement à la mode ?

Nous disposons à présent de preuves scientifiques montrant que la méditation de pleine conscience a véritables bienfaits et peut même modifier durablement la structure physique du cerveau.
En méditant, l’activité électrique et la circulation sanguine dans l’amygdale sont réduites. Or cette structure du cerveau est impliquée dans les émotions fortes et primaires comme la peur et la colère. Méditer permet d’améliorer sa stabilité émotionnelle.

D’autres recherches montrent que la pleine conscience semble rendre les gens plus heureux et plus sain. Une méditation régulière peut abaisser la tension artérielle de la personne et ses niveaux de cortisol, de renforcer la réponse immunitaire et améliorer la qualité du sommeil. (Pour une sélection de faits et de recherches scientifiques sur la méditation, suivre ce lien)

Retrouver la paix de l’esprit, soulager le stress, développer la concentration, résilience et créativité… Pas étonnant que cette pratique de la méditation laïque rencontre tant de succès outre-Atlantique. Les dirigeants de la Silicon Valley affluent chaque année à la conférence 2.0 de la sagesse, Google a un programme de pleine conscience interne appelé « Rechercher à l’intérieur de vous-même » et il existe maintenant d’innombrables applications smartphone consacrée à la méditation.

MBSR : Mindfulness Based Stress Reduction / la pleine conscience de la tradition bouddhiste

MB, deux lettres importantes : le protocole MBSR est fondé sur la méditation de pleine conscience et ne se supplante pas à la tradition, toute la nuance et là.

L’origine du MBSR remonte à John Kabat-Zinn en 1979. Il commence à l’enseigner à la faculté de médecine du Massachusetts aux personnes souffrant de maladies et douleurs chroniques. John Kabat Zinn donne une définition opérationnelle de la méditation dans le cadre du MBSR.

La méditation de pleine conscience consiste à porter son attention intentionnellement, sans jugement, avec bienveillance, instant après instant sur ce qui se passe en soi : pensée, émotions, sensations afin de vivre l’expérience qui se présente, qu’elle soit agréable ou désagréable.

On retrouve dans le MBSR outre la pratique de la méditation, un travail corporel et un travail d’investigation personnelle et en groupe, des apports théoriques, des propositions de pratiques informelles et un entraînement intense entre les séances.

Choisir de suivre ce protocole est un acte radical qui va au-delà de la gestion du stress et qui permet de développer une qualité d’être qui va modifier la qualité de faire. Afin de faire à partir de l’être pour devenir une conscience incarnée.

Découvrez le cycle MBSR d’apprentissage de la méditation de pleine conscience.