La science de l’intention, Lynne Mc Taggart

La science de l’intention, Lynne Mc Taggart

« Un être humain fait partie d’un tour que nous appelons l’univers, il demeure limité dans l’espace et le temps. Il fait l’expérience de son être, de ses pensées et de ses sensations comme s’ils étaient séparés du reste, une sorte d’illusion d’optique de sa conscience. » Albert Einstein.

La matière mutable

➢  Non-localité ou intrication quantique
• Le physicien danois Niels Bohr a découvert que dès l’instant où des particules subatomiques comme des électrons ou des photons ont été en contact, elles ont mutuellement connaissance de ce qui leur arrive et s’influencent instantanément les unes les autres à tout jamais, quelle que soit la distance les séparant, et ce, malgré l’absence des choses qui, selon notre compréhension scientifique actuelle, sont normalement responsables d’une telle influence à distance, tel un échange de force ou d’énergie.
• Albert Einstein refusait d’accepter la possibilité de la non localité. Les expériences quantiques récentes montrent qu’une sorte de fil invisible semble relier les particules quantiques dans l’espace et les faire se comporter de manière identique.
• Ce principe a d’énormes implications pour notre compréhension de l’univers. En acceptant la non-localité comme une facette de la nature, nous reconnaissons que deux des fondements de notre vision du monde sont erronés : l’idée qu’une influence ne peut s’exercer qu’au bout d’un laps de temps et après avoir franchi une certaine distance et l’idée que les particules ne peuvent qu’exister indépendamment les unes des autres.
• D’autres chercheurs ont prouvé que partout, même à l’intérieur de notre propre corps, les atomes et les molécules ne cessent de s’échanger de l’information de manière instantanée.

L’antenne humaine

➢  L’énergie transmise par l’esprit
• Elmer Green, un des pionniers du biofeedback, a étudié des guérisseurs à distance à fin de déterminer s’ils émettaient plus d’énergie électrique durant le processus de guérison. Il notamment a découvert que chaque fois qu’un guérisseur envoyait des énergies de guérison, il enregistrait une immense charge électrostatique.
• Gary Schwartz continua ces expériences et découvrit un point fondamental au sujet de l’énergie que les humains émettent : l’énergie de la pensée a le même effet que l’énergie suscitée par le mouvement à l’extérieur du corps de la personne qui projette une pensée. Les pensées créent également un lien avec les gens qui nous entourent. Chaque intention formulée à l’égard de quelqu’un a une contrepartie physique, un effet physique perçu par la personne visée. Dans le cas des guérisseurs, la distance n’entre pas en ligne de compte.
• L’auteur relate toute une série d’expériences et donne un ensemble de données scientifiques mettant en lumière les changements chimiques occasionnés par l’expression mentale d’une intentionchez la personne réceptrice.
• Connor et Schwartz ont fait des expériences et mesures auprès de groupes de guérisseurs de différentes pratiques. Ils ont mesuré d’importantes fluctuations dans les pulsations magnétiques émanant de leurs mains. Une énorme augmentation dans les oscillations du champ magnétique survient à chaque fois que le guérisseur envoie de l’énergie.

Les projets mentaux

➢  L’utilisation de l’intention dans le sport de haut niveau
• L’auteur décrit l’entraînement de Mohamed Ali, qualifié de « maître de l’intention ». Ali a développé un ensemble d’aptitudes mentales qui ont fini par se refléter dans sa façon de combattre. Avant un match, il recourait à toutes les techniques existantes de motivation de soi : affirmation, visualisation, préparation mentale, auto confirmation. Avant un combat, Ali répétait ces intentions comme des mantras à la presse, à son adversaire, et même dans le ring jusqu’à ce que les autres les acceptent comme des faits réels.
Les exemples les plus instructifs de l’utilisation de l’intention proviennent du domaine sportif. On considère désormais l’intention focalisée comme un outil essentiel pour modifier et améliorer ses performances sportives. Il a été démontré maintes fois que l’entraînement mental fonctionne tout aussi bien que l’entraînement physique et que le simple fait de penser à une prestation future peut avoir un effet le jour J.

L’électromyographie ou EMG

➢  Le cerveau ne fait pas de différence entre une pensée et une action
• L’EMG permet d’avoir une image en temps réel des instructions que le cerveau transmet au corps c’est-à-dire quand et où il lui dit de bouger. Les chercheurs se sont aperçu que penser un mouvement ou l’exécuter réellement revient au même pour le cerveau qui envoie les mêmes instructions au corps.
La pensée est à elle seule suffisante pour engendrer les instructions neurologiques requises par un quelconque geste physique.
La répétition mentale permet d’établir de nouvelles liaisons neuro-synaptiques tout aussi bien que ne le fait la pratique physique d’un sport. Le fait de visualiser certaines des images précises ne permet d’améliorer que la tâche particulière imaginée.
• Les techniques de visualisation utilisée par les athlètes sont également très efficace pour traiter la maladie. C’est le principe utilisé par la technique du biofeedback ou encore de l’entraînement autogéré qui développé par le psychiatre allemand Schultz.
• Le cortex visuel du cerveau, qui est la zone responsable du traitement des images, ne peut établir la distinction entre une image réelle et une projection de l’imagination. Les instructions mentales sont aussi importantes que la véritable image visuelle.

Une conscience collective globale

• L’énergie émanant d’une pensée collective intensément ressentie paraît contagieuse.
• L’effet exercé par un grand nombre de personnes pensant la même chose est plus grand que celui d’une personne. Enfin le contenu émotionnel et le degré de concentration ont leur importance. Pour qu’une pensée ait un effet discernable, elle doit habiter totalement la conscience d’un groupe de personnes dans un moment d’intense attention. Chaque personne du groupe doit penser à la même chose au même moment.

Pour poser une intention

Choisir un endroit approprié
Selon plusieurs études scientifiques, il semble que le fait de bien préparer l’endroit où vous ferez aux expériences de transmission d’intention contribue à en augmenter l’efficacité.
L’activation
Afin d’activer votre transmission à son intensité maximale, vous devez d’abord faire ralentir la fréquence de vos ondes cérébrales jusqu’à atteindre un état méditatif caractérisés par des ondes alpha.
Une concentration maximale
L’activation de vos transmissions présuppose de développer la capacité de soutenir un instant en instant un maximum de concentration. Un moyen les plus sûrs d’y parvenir consiste à pratiquer l’art ancestral de la pleine conscience, adopté il y a plus de 2500 en par le bouddha. Il s’agit d’une discipline au moyen de laquelle vous conservez l’instant en instant une conscience claire de ce qui se passe en vous et autour de vous.
Développer la pleine conscience dans la vie quotidienne
Même lorsque vous n’êtes pas en train de transmettre des intentions, persévérez à demeurer pleinement conscient tout au long de vos journées.
Fusionner avec l’autre
Des recherches ont démontré que le fait de toucher une autre personne ou de centrer son intention sur son cœur et d’éprouver de la compassion pour l’autre est un puissant moyen de déclencher un couplage entre les ondes cérébrales des gens.
Soyez compatissants
Favorisez l’éveil d’un sentiment de compassion universelle durant aux séances de transmission d’intention.
Formulation de l’intention
Formulez clairement votre intention. Au présent, avec précision et des mots positifs. Aidez-vous d’une image mentale du résultat de votre intention.
Exercez-vous à visualiser
Répétez souvent votre intention en vous détachant du résultat.

Conclusion

La médecine moderne doit pleinement apprécier le rôle central de l’intention dans le processus de guérison. Les chercheurs en médecine parlent souvent de l’effet placebo comme s’il s’agissait d’un obstacle agaçant à la démonstration de l’efficacité d’un agent chimique. Il est temps pour nous de comprendre le pouvoir de l’effet placebo et de ne plus hésiter à l’utiliser.

Nous allons devoir reformuler notre compréhension de notre propre biologie, en tenant compte de l’esprit humain qui possède une puissante faculté de guérir. Nous allons devoir ouvrir notre esprit à la sagesse de nombreuses traditions qui comprennent intuitivement la véritable nature de l’intention.

« Les miracles ne sont pas en contradiction avec les lois de la nature, mais avec ce que nous savons de ces lois. » Saint-Augustin