Bienfaits de la méditation, Conférence internationale, Lérab Ling, Juin 2014

MEDITATION ET VALEURS HUMAINES AU TRAVAILOn sait depuis des siècles que la méditation est un moyen très efficace de trouver la paix de l’esprit.Cependant, ce n’est que tout récemment que les études scientifiques, ainsi que l’expérience même des personnes qui la pratiquent, ont révélé que la méditation est un moyen très efficace de soulager le stress, développer la concentration, la résilience et créativité…
Des qualités qui peuvent être extrêmement utiles quand se présentent des enjeux et des décisions difficiles à prendre, tout particulièrement dans le domaine professionnel. 

 

 

Sélection de faits, statistiques et recherches scientifiques

Sur la méditation et les techniques de pleine conscience dans le monde moderne.

1. La méditation est utilisée dans le traitement de la douleur, du stress, de la dépression, des dépendances, de la colère et des troubles déficitaires de l’attention, et (souvent parallèlement à des traitements médicaux conventionnels) dans toute une autre série de cas. (Détails sur le site Web du Center for Mindfulness Research and Practice at Bangor University) 

2. On a découvert que le cerveau avec la capacité de modifier sa structure, en renforçant et en étendant les circuits neuronaux qui sont fréquemment utilisés tout en affaiblissant et en réduisant ceux qui sont rarement sollicités. Cette souplesse du cerveau appelé « neuroplasticité » explique pourquoi la méditation peut avoir un effet durable sur la manière dont nous traitons nos pensées et nos émotions. (Quelques livres sur la neuroplasticité : The Mind and the brain – The Brain that change itself – Train your mind, Change your brain).

3. Les neuroscientifiques ont découvert que la méditation peut entraîner une augmentation significative de l’activité dans plusieurs régions du cortex très frontal gauche, une zone du cerveau associée aux émotions positives, comme le bonheur, l’enthousiasme, la joie et la maîtrise de soi. Ils ont également constaté chez les méditants une baisse du niveau d’activité dans les parties du cerveau liées aux émotions négatives comme la dépression, l’égocentrisme et de l’insatisfaction. La méditation a également un effet apaisant sur l’amygdale, une partie du cerveau qui déclenche la peur et la colère. (Détails ICI sur les travaux de M Ricard et RJ Davidson, A Lutz, LL Greischar, NB Rawlings)

4. Il a été démontré que la méditation de pleine conscience entraîne un renforcement considérable du système immunitaire et de la capacité de concentration, ainsi qu’une réduction de la tension artérielle chez les personnes souffrant d’hypertension.

5. Des études ont montré que la thérapie cognitive basée sur la pleine conscience peut réduire la moitié si le taux de rechute chez les personnes qui ont subi au moins deux épisodes de dépression grave. (Voir le livre Ed. De Boeck : La thérapie cognitive basée sur la pleine conscience)

6. On a constaté que les patients recevant un traitement aux ultraviolets pour le psoriasis, guérissait environ quatre fois plus vite quand il pratiquait la pleine conscience pendant qu’il recevait le traitement. (Voir les travaux de J Kabat-Zinn, E Wheeler, T Light, A Skillings, MJ Scharf, TG Cropley.)

7. L’hôpital Sainte Anne à Paris a été le premier établissement médical en France à introduire la pleine conscience, en 2004. Le programme a été mis en place par le psychiatre et psychothérapeute Christophe André.

8. Plus de 10 millions de personnes aux États-Unis disent pratiquer régulièrement une forme de méditation, deux fois plus qu’il y a 10 ans. En 2008 aux États-Unis, le NIH (National Institute of Health) a financé plus de 50 des études sur la pleine conscience, comparativement à seulement 3 études en 2000.

9. La méditation et les techniques de pleine conscience sont utilisées par un large éventail de personnes : chef d’entreprise, professionnels de santé, écoliers ou détenus, mais aussi avocat, personnel militaire, s’avançant ou sportifs de haut niveau.

10. L’armée américaine offre une formation à la pleine conscience à son personnel de retour de service en Irak et en Afghanistan afin de l’aider à faire face au stress post-traumatique et aux séquelles psychologiques du combat. (Détails sur le site Web officiel de l’armée américaine)